Comment j’ai augmenté de 30% les visites sur mon site avec de la pub sur des sites de cul ?

C'est pas la grosseur de ta cartouche qui compte_315 x 300_v3

Vous connaissez sûrement la devise « Think outside the box »! Je vous annonce que c’est dépassé. Maintenant c’est « Act outside the box », car il existe plein de belles idées autour de nous. Il faut simplement en saisir une et l’essayer. Comme j’ai agi en dehors de la boite, je dois vous aviser que ce n’est pas moi qui aie eu l’idée.  C’est durant un souper avec des anciens voisins, il y a presqu’exactement un an, que la thématique a été abordée. L’idée vient de Jocelyn Dréan, mon ancien voisin expert en gestion des dashboards chez MindGeek, chef de file mondial de l’industrie des TI et du divertissement. Si vous ne le saviez pas encore, Montréal est un joueur très important dans ce domaine du « divertissement ».

Revenons au sujet principal. Jocelyn m’expliquait, dans notre souper de crêpes au jambon et cheddar, qu’une récente campagne de pub aux États-Unis avait fait un tabac. C’était EAT24 qui propose la livraison de nourriture à domicile qui avait eu l’idée de faire de la pub sur des sites pour adultes. (bon le politiquement correct n’est pas mon style préféré et à partir d’ici, je vais remplacer l’expression sites pour adultes par un terme plus populaire, soit sites de cul.)

Il fallait juste y penser et EAT24 est sorti des sentiers battus. La campagne était basée sur le principe que les gens qui vont sur des sites de culs, n’ont pas nécessairement envie de se commander une pizza. Ils ont la tête ailleurs, ou plutôt les mains ! Par contre, lorsqu’ils auront fini ce qu’ils avaient à faire, ils auraient probablement un petit creux. C’était donc le parfait moment pour faire de la pub numérique.

Une publicité avec une bannière dans le haut de la page web ou une image dans le bas à droite. Vous comprenez ce que je veux dire ?

« Tsé la bannière en bas. Vous voyez ?
…celle juste à droite des vidéos. Vous voyez là ?
…juste à côté des autres vidéos suggérés que vous pourriez aimer ?
Ha là vous voyez ! Je savais que vous saviez de quelle image je parlais! »

Après tout, si on se fie aux statistiques que nous fournit Traffic Junky, cette compagnie qui gère le trafic sur plusieurs sites de cul dont ils sont propriétaires, on peut voir que les canadiens sont plusieurs à visiter ces sites chaque jour.

Traffic junky_Top country

Voici des exemples de publicités qui ont permis à EAT24 de faire un succès dans leur campagne. Vous verrez que ce n’est rien de trop osé et que tout est fait avec goût et humour. C’est à mon avis ce qui était la clé du succès.

Eat24_I want to be inside you
Eat24_Eat me

La photo qui a été la plus populaire est celle-ci:

Eat24_Fuck pants

Voici un lien vers les détails de la campagne : How to advertise on a porn website ? C’est plutôt cocasse de lire des résultats comme :

  • Chicago is the horniest city in the United States.
  • New Yorkers watch a lot of porn on their lunch break.

Après avoir vu ces campagnes et ces statistiques, je me suis dit comme tout entrepreneur, qu’il ne fallait pas regarder le train passer et je voulais moi aussi essayer. Pour vous mettre en contexte avec mon domaine, chez Cartouches Certifiées, nous vendons des cartouches d’encre pour les imprimantes. Dans cette industrie, la concurrence pour avoir un bon référencement sur Google est très haute. Par exemple, sur cette image vous verrez que nous avons payé 2.43$ par clic pour des recherches effectuées avec les mots clés : Cartouches d’encre. Il y a eu 6 personnes qui ont cliqué sur notre publicité. (Attention: toutes ces données et les suivantes datent de juillet 2015 et ne sont présentées qu’à titre indicatif.)

CPC_cartouches d'encre prix cachés

Au cours d’une courte période, dans un des groupes de nos campagnes publicitaires sur Google, nos annonces ont été affichées 12 903 fois, elles ont généré 313 clics à un coût par clic (CPC) moyen de 1.83$, pour une dépense totale de 573.29$.

CPC_cout moyen prix cachés
Vous comprenez que ça peut finir par coûter cher au bout d’un mois et que si ça ne converti pas en une vente, ces 313 clics auront été une belle façon de tirer de l’argent par la fenêtre. Un des objectifs dans le marketing numérique est de réduire ce coût moyen par clic. Ce CPC est déterminé par la concurrence. Si un concurrent dit à Google qu’il est prêt à payer 2.50$ pour les mêmes mots clés « cartouches d’encre », Google aura tout intérêt à le faire passer devant moi pour faire plus d’argent. Il y a d’autres paramètres qui vont entrer en ligne de compte, mais pour éviter d’entrer dans un cours 101 sur le référencement payant et organique sur Google, on peut facilement comprendre qu’en général, celui qui payera le plus cher apparaîtra en premier dans les résultats de recherche sur Google par exemple.

Maintenant, vous devez commencer à me voir venir. D’après vous, est-ce qu’il y aura une forte concurrence pour les mots clés « cartouches d’encre » sur des sites de cul ? À mon avis, les mots tels que : grosses boules, blowjob, dildo ou toutes déclinaisons de mots qui comprendrait le suffixe ou le préfixe « anal », nécessitent sûrement une plus grande enchère.

J’avais décidé de parler de mon idée à quelques employés durant l’heure du lunch. Tout le monde trouvait ça drôle comme sujet entre nous, mais en réalité tout le monde trouvait ça un peu trop risqué. On me disait que les clients n’allaient sûrement pas être en accord avec ce type de publicité et qu’ils nous appelleraient pour nous faire part de leur mécontentement. Ils ne voudront pas s’associer à ce type de sites.

Vous savez, comme m’a dit mon ami Simon Lessard l’autre soir au resto, la réticence et la résistance au changement par les employés est toujours un grand défi dans une entreprise. Après quelques secondes de réflexion, j’essayais de m’imaginer la scène au service à la clientèle. Et juste pour le plaisir, entrons dans ma tête.

Dring-Dring… Dring-Dring…

Un employé: « Cartouches Certifiées bonjour, mon nom est « Erik Everhard » comment puis-je vous aidez ? »

Le client: « Monsieur, par le plus grand des hasards, hier soir, je suis tombé sur votre publicité sur Youporn… et j’aimerais vous dire que je trouve ça complètement disgracieux. Sachez que je n’encourage pas ce type d’industrie ! »

Avouez que c’est presque ridicule comme conversation et que personne n’oserait appeler pour dire qu’il nous a vu sur un site de cul. La réalité, nous la connaissons, ces sites sont visités par des centaines de millions de personnes à chaque jour, mais personne n’y va ! Ni moi. Et ni vous ! N’est-ce pas ?

« Youporn ? C’est quoi ça?
Ha oui, je pense que j’ai déjà entendu parler de ça… »

La réalité, c’est que personne nous appellerait. J’ai donc décidé d’aller de l’avant et pour paramétrer ma toute nouvelle campagne, il fallait que je trouve des images. À prime à bord, c’est normal de se dire : « Mais avec quelles images peut-on faire un lien entre un site de cul et des cartouches d’encre tout en gardant une touche humoristique ? ». Ce n’était qu’un petit défi amusant ! J’ai donc tout de suite ouvert mon application gratuite de création d’image, car je devais respecter le format standard du site, soit 315 x 300 pixels. Mon application est Canva et elle vous sera très utile pour créer des publications sur des réseaux sociaux entre autres.

Après quelques tentatives de slogan plus ou moins drôle, voici les 3 bannières publicitaires que j’ai créées.

C'est pas la grosseur de ta cartouche qui compte_315 x 300_v3Touche ma cartouche_315 x 300_v1C'est pas la grosseur de ta cartouche qui compte_315 x 300_v2

Ensuite, un difficile choix s’imposait, je devais choisir le ou les sites de culs où diffuser mon annonce. On me propose une dizaine de choix, dont les plus populaires que nous connaissons tous : Youporn, RedTube, Pornhub, mais comme vous pouvez le voir sur la prochaine image, un petit dernier est venu s’ajouter depuis le temps où je connaissais mieux ce marché. C’est Xhamster.

Traffic junky_Xhamster

Là, je vous avoue que j’ai froncé le sourcil droit. Je me pose la question :

« Mais qu’est-ce qu’il peut bien y avoir sur ce site pour qu’on lui ait donné ce nom : Xhamster ?»

Les plus ouverts d’entre vous, je vous invite à y répondre dans la boîte de commentaire à la fin de l’article. Ça pourrait aider ceux qui n’oseront pas cliquer sur le lien qui mène au site.

Finalement, j’ai décidé d’y aller avec une valeur sure, soit Pornhub. Je me disais que ce n’était pas le moment de refaire une étude de marché, du moins pas durant les heures de travail au bureau, surtout je devais publier mes bannières en étudiant les pour et les contre de tous ces sites. En plus c’est Pornhub qui est le plus populaire avec 61.5 millions de visites par jour!

Traffic junky_statistique

Je confirme donc mes 3 bannières de 315 x 300 pixels sur Pornhub qui m’offrait plus de confiance. Juste avant de publier, le site m’informe qu’il y a plus de 22 millions de visiteurs uniques sur Pornhub. Je fais quand même une géolocalisation pour la province du Québec, afin de ne pas gaspiller mes CPC en dehors du Qc, puisque mes bannières n’étaient qu’en français.

Traffic junky_Test sur Pornhub3

Analysons maintenant les résultats. J’ai mis un budget de 100$, le budget minimum par jour étant de 25$. Le budget s’est dépensé au complet en 3 jours ou plutôt 2 nuits, mais étonnamment, ça allait quand même presqu’aussi vite le jour que la nuit. Peut-être que certaines personnes devaient être en train de faire leur étude de marché sur les heures de bureaux.

Voici donc mon tableau de bord après 3 jours :

Traffic junky_dash board

Mes bannières ont été affichées 295 408 fois, donc un potentiel d’avoir été vu par quelqu’un 295 408 fois. Étonnement, 348 personnes ont cliqué dessus pour un frais de 96.34$. Ce qui fait un CPC de 0.28$. C’est beaucoup moins que ma moyenne de 1.83$ sur Google. J’ai donc un potentiel d’économie évident. Reste à savoir si j’ai pu convertir en ventes les personnes qui ont été redirigées vers notre site, car il y a une autre statistique qui est le taux de conversion. C’est là que le succès n’était pas au rendez-vous. Je crois que je devais m’en attendre, mais 99.9% de personnes redirigées sur notre site n’ont pas acheté de cartouches d’encre. La majorité d’entre eux ne sont même pas restés plus de 3 secondes sur notre site. Je ne sais pas à quoi ils s’attendaient en cliquant sur la pub? J’imagine qu’ils étaient curieux de voir ce que la fille avec la cartouche d’encre laser dans les mains allait faire. Quelle déception ils ont eu en arrivant sur cette page d’accueil où personne ne se rentre de cartouches dans le…Mais revenons au sujet principal avant de trop dévier.

Je suis généralement quelqu’un de très optimiste, mais faut pas se le cacher, j’étais dans le champ en pensant que quelqu’un arrêterait de faire « sa petite affaire » pour acheter une cartouche d’encre. Pwouet-pwouet-pwouet, faut croire qu’ils avaient la tête ailleurs ou plutôt les mains ailleurs.

Par contre, je n’ai pas jeté 96.34$ dans la poubelle. En effet, quand vous entrez sur un site web, le site en question peut laisser une trace virtuelle dans votre ordinateur, qu’on appelle Tracking Pixel. Il existe un Pixel pour Facebook et un autre pour Google. Ce code sert en quelque sorte à vous suivre. De cette façon Facebook ou Google savent que vous avez visité ma page et que vous avez probablement eu un intérêt pour mes cartouches d’encre, mais que vous n’étiez pas prêt à en acheter tout de suite. Lorsque je ferai de la publicité de type remarketing sur Google par exemple, vous aurez nos annonces de cartouches d’encre avec du contenu un peu moins explicite cette fois. C’est un peu comme si je vous avais appâté ! C’est la même chose avec les publicités sur Facebook, sauf qu’on peut aller encore plus loin en ciblant des personnes précises en fonction de leur intérêt, leur type d’emploi, leur âge.

Pour être franc, notre site internet est loin d’être parfait et dans ce temps là, nous n’avions pas installé encore le Pixel de Facebook ni celui de Google. Alors, oui, j’ai finalement dépensé 96.34$ pour rien. Mais j’ai appris et j’ai mis ça dans mon livre de l’expérience !

Voici ma stratégie idéale si je devais le refaire. Évidemment, mon pixel Google et Facebook est déjà installé sur mon site. Avec le retour au travail et l’entrée des classes qui s’en viennent, j’aurais donc quelques jours pour faire plein de pubs avec des nouvelles bannières originales. Je ne devrais pas faire de vente, mais je placerais des pixels un peu partout dans des ordinateurs du Québec. Sachant que 26% des visiteurs de sites de culs ont entre 18 et 24 ans, je ferais du remarketing sur Facebook pour ce groupe d’âge et qui a indiqué dans son profil qu’il étudie à tel Cégep ou à telle université. Une grande promo de la rentrée scolaire pour imprimer les notes de cours et les futurs travaux de sessions. Pas fou n’est-ce pas ? Mais le seul moyen de le savoir, c’est d’essayer ! Et contrairement à la croyance populaire, il y a quand même le quart des visiteurs qui sont des femmes.

Traffic junky_demographic

 

Voici quelques idées de slogans publicitaires que j’avais pensé faire. Alors, dites-moi, lequel préférez-vous?

  1. CarTouchemoi.
  2. CarTouchetoi.
  3. Touche ma cartouche.
  4. Nos cartouches sont assez bonnes pour faire du body-painting.
  5. Nous prenons les précautions nécessaires pour bien les remplir.
  6. Avec nos cartouches, imprime ta star préférée.
  7. Nous avons une orgie de cartouches en stock!

En lien avec la récupération des cartouches vides :

  1. Vous êtes vide? Envoyez-nous vos cartouches!
    Your are empty? We want your empties! /
  2. Vous êtes vide? Nous la remplissons !
    Your are empty, we fill them! /

En lien avec l’impression 3D :

  1. Imprime ton jouet préféré.
    Print your own sex toy now.

 

Matthieu Laroche
Président et Cofondateur de Cartouches Certifiées

Voici le titre de mon prochain article:  L’entrepreneuriat : Génétique ou Contagieux ?

Abonnez-vous à mon infolettre pour recevoir les prochains articles par courriel avant tout le monde!

 

11 Commentaires

  1. Tu es toujours aussi drôle Mathieu. Continue ton bon travail. Je vote pour le #5 et que dirais-tu de…Nos cartouches font une job propre à une fraction du prix. Si retenu, je veux une royauté de 0,01$ du pixel ou une bière lorsqu’on se reverra😎

    Répondre
  2. Chacun sa job: tu vides ta cartouche, nous la remplissons!

    Répondre
  3. Je trouve que c’est une drôle de stratégie, mais d’un autre côté c’était une excellente façon de se démarquer de la compétition à faible coût. Une belle initiative qui montre qu’il faut savoir prendre des risques.

    Répondre
  4. Ho mon dieu! Une façon originale de m’expliqué le fonctionnement de l’internet. Je ne savais pas que ça fonctionnais comme ça pour être sur les premières pages de google.

    Répondre
  5. Je ne le ferai pas pour ma cie, mais ça ouvre le yeux pour d’autres idées tout aussi originale.

    Répondre
  6. Félicitation, il faut beaucoup d’audace faire ce genre de publicité et encore plus pour en parler ouvertement. J’aime votre façon de raconter les événements.

    Répondre
  7. Sincèrement j’en vois passer des tonnes de mail dans une journée mais vos articles m’ont impressionné par votre sens de l’humain, de l’humour et de l’audace !

    Répondre
  8. Très Bonne façon d’expliquer comment la pub fonctionne sur internet !

    Répondre

Votre courriel ne sera pas publié.